L'agilité chez l'homme

La rééducation physique pour récupérer l’agilité

Bien souvent, à l’issue d’un traumatisme physique ou en raison des séquelles de maladies graves, le corps humain peut perdre une part considérable de sa mobilité. C’est notamment le cas des accidents vasculaires cérébraux, qui peuvent entraîner une perte complète ou partielle de la mobilité.

Depuis de nombreuses décennies déjà, la rééducation à la suite d’une telle maladie est préconisée. Cette rééducation doit être menée par des experts afin de porter ses fruits. Et l’un des domaines qui sont particulièrement travaillés dans le cadre de la rééducation, c’est l’agilité. En effet, la force physique n’est pas nécessairement la donnée la plus importante. C’est plutôt la dextérité et l’agilité que l’on cherche d’abord à faire récupérer au patient.

Pour cause, dans les sociétés modernes, il est plus simple d’être autonome lorsqu’on est agile, même si on ne dispose d’aucune réelle force physique. Manipuler la plupart des appareils du quotidien suppose qu’on ait une certaine dextérité. De même que s’orienter dans les rues de nos villes demande de pouvoir réagir rapidement, et de pouvoir faire preuve d’une agilité réelle. On comprend donc sans peine que la plupart des exercices proposés aux patients en rééducation, visent d’abord à restituer leur agilité, avant de s’orienter vers d’autres objectifs tels que la vitesse ou la force.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *